Les Hay Babies.

Publié le par Raimbourg Frantz-Minh

Festival "L'Air du Temps", Lignières-en-Berry. Mai 2014. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg).

Festival "L'Air du Temps", Lignières-en-Berry. Mai 2014. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg).

Rencontre avec le trio « indie-folk » bien connu de l’autre côté de l’Atlantique, à l’occasion de la sortie récente de leur premier album.
Les Hay Babies viennent d’Acadie et plus précisément du New-Brunswick. Elles démarrent la musique dès l'enfance et ont connu chacune un parcours assez semblable. Vivianne Roy nous explique : Il y avait beaucoup de disques à la maison. J’ai écouté des artistes comme Wilco, Feist ou Tom Waits en particulier. J’ai commencé à jouer d’un instrument à l’âge de 12 ans et écrit  mes premières chansons quatre ans plus tard  
Pour Julie Aubé, ce fut plutôt la musique country américaine: Merle Hagard, Gillian Welsh, Townes Van Zandt…la guitare puis très rapidement les premières scènes dans les villages autour de chez elle.
Katrine Noël apprend le chant très jeune. La pratique instrumentale démarrera ultérieurement. Ses influences sont multiples et elle cite aussi bien les Beatles, Cat Stevens, le Québécois Jean Leloup que Neil Young et Bob Dylan.

 

Vivianne Roy. Festi'Val de Marne. Octobre 2014. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg).

Vivianne Roy. Festi'Val de Marne. Octobre 2014. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg).

Encouragées par des familles aimantes, elles multiplient dès l’adolescence les performances et se bâtissent chacune un répertoire en français, en anglais et en chiac, franglais typiquement acadien du sud du New-Brunswick.
Toutes trois lauréates du concours « l’Accro de la Chanson » organisé en 2009 et 2010, elles finissent par se rencontrer. L’idée de monter un groupe à trois voix a rapidement fait son chemin poursuit Julie. Quand on a commencé, on s’accompagnait à la guitare, puis j’ai appris le banjo, Katrine a ajouté le ukulele…
A l’été 2012, ells font paraître un EP intitulé "Folio”, un mini album acoustique d’une maturité étonnante. Les six chansons, en français et une en anglais sont de l’une ou l’autre des jeunes auteures-compositrices-interprètes ou ont été écrites en trio.
Julie Aubé. Festival "L'Air du Temps", Lignières-en-Berry. Mai 2014. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg).

Julie Aubé. Festival "L'Air du Temps", Lignières-en-Berry. Mai 2014. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg).

Tandis que les concerts se multiplient chez elles et à l’étranger, leur premier véritable album “Mon Homesick Heart”. paraît en avril 2014.
L’opus est réalisé par François Lafontaine (aussi au clavier et aux choeurs) qui a travaillé entre autres avec le groupe Karkwa, Elisapie ou Marie-Pierre Arthur. Les chanteuses sont pour l’occasion accompagnées de plusieurs musiciens additionnels: Joe Grass et Mico Roy aux guitares, Mishka Stein (basse) et José Major (Batterie). Les arrangements sophistiqués aux riches textures sonores donnent une dimension nouvelle qu’on peut qualifier «d’atmosphérique » ou « d’aérienne» (au choix !) aux 11 nouveaux titres.
Entre folk, country, blues et rock, les voix claires et profondes à la fois nous parlent du temps qui passe, d’exil et de mal du pays…des thèmes à la résonnance universelle interprétés souvent avec humour et dérision.
Bien sûr, l’Acadie est bien présente mais comme nous le raconte Katrine: On habite là-bas, on aime notre pays mais en toute modestie, nos chansons se situent au delà de notre identité. Nos chansons parlent avant tout de notre vie actuelle.
                                            Propos recueillis par Frantz-Minh Raimbourg
Katrine Noël.  Festival "L'Air du Temps", Lignières-en-Berry. Mai 2014. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg).

Katrine Noël. Festival "L'Air du Temps", Lignières-en-Berry. Mai 2014. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg).

Publié dans Chanson Francophone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article