Le Grand Orchestre du Splendid.

Publié le par Raimbourg Frantz-Minh

Alhambra de Paris. 30 janvier 2016.  Xavier Thibault. Paul Maucourt.Michel Winogradoff. Derrière: Antoine Hurault. Dominique Vernhes.  (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)
Alhambra de Paris. 30 janvier 2016.  Xavier Thibault. Paul Maucourt.Michel Winogradoff. Derrière: Antoine Hurault. Dominique Vernhes.  (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Alhambra de Paris. 30 janvier 2016. Xavier Thibault. Paul Maucourt.Michel Winogradoff. Derrière: Antoine Hurault. Dominique Vernhes. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Alhambra. 30 janvier 2016. Xavier Thibault (caché), Antoine Hurault, Frédéric Thibault, Vincent Turquoiz, Paul Maucourt. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Alhambra. 30 janvier 2016. Xavier Thibault (caché), Antoine Hurault, Frédéric Thibault, Vincent Turquoiz, Paul Maucourt. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

A l’occasion des 40 ans du groupe et de la sortie d’un nouvel album axé autour de quelque titres célèbres des années cinquante et soixante ( Les années Splendid – saison 1 ), nous rééditons notre article (réactualisé et arrangé) paru initialement dans la Revue Récréaction en 2009.
Petit Journal Montparnasse. Décembre 2012. Dominique Vernhes (caché), Xavier Thibault, Michel Winogradoff, Lou Volt. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Petit Journal Montparnasse. Décembre 2012. Dominique Vernhes (caché), Xavier Thibault, Michel Winogradoff, Lou Volt. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Petit Journal Montparnasse. Décembre 2012. Lou Volt, Véronique Bossa, Alice Prévost, Xavier Thibault, Michel Winogradoff. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Petit Journal Montparnasse. Décembre 2012. Lou Volt, Véronique Bossa, Alice Prévost, Xavier Thibault, Michel Winogradoff. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Le Grand Orchestre du Splendid tient une place atypique au sein de la chanson française. Grâce à un savoureux cocktail de musique, d'humour et quelques tubes intemporels (La Salsa du Démon, Macao, Radio Pirate...), la formation continue de réunir un public fidèle amoureux d'une chanson pleine de swing et de vie.
Tout commence en 1977, au Splendid, petit théâtre de la rue des Lombards prêté les dimanches à quelques musiciens de jazz qui s'amusent alors à recréer les chansons de Ray Ventura et de Duke Ellington. Ce qui était au départ une sorte de canular prend immédiatement de l'ampleur. L'orchestre, créé par Xavier Thibault (Le fils de Jean-Marc Thibault) au côté de son frère Frédéric trouve vite le succès et compte au bout d'un mois jusqu'à dix-huit solistes.
Puisant aux sources même du jazz, du swing, mais aussi de la salsa, du mambo et du reggae, le Big Band revisite quelques titres bien connus et invente son propre répertoire où l'humour et la parodie tiennent une grande place.
Petit Journal Montparnasse. Décembre 2012. Dominique Vernhes (Caché), Lou Volt.(Photo: Frantz-Minh Raimb ourg)

Petit Journal Montparnasse. Décembre 2012. Dominique Vernhes (Caché), Lou Volt.(Photo: Frantz-Minh Raimb ourg)

Petit Journal Montparnasse. Décembre 2012. Philippe Duchesne. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Petit Journal Montparnasse. Décembre 2012. Philippe Duchesne. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Petit Journal Montparnasse. Décembre 2012. Michel Winogradoff, Vincent Turquoiz, Paul Maucourt, Frédéric Thibault. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Petit Journal Montparnasse. Décembre 2012. Michel Winogradoff, Vincent Turquoiz, Paul Maucourt, Frédéric Thibault. (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Jean-Louis Foulquier les soutient et leur propose d'animer l'émission de radio Saltimbanque sur France-Inter. Le Grand Orchestre s’y installe une saison, assurant les arrangements musicaux de la quotidienne et en accompagnant les nombreux artistes invités.
Ils continuent de se produire sur scène, notamment au « Café de la Gare » et à l’ « Espace Cardin », puis dans les grands théâtres parisiens, le temps de quelques comédies musicales (Tam-Tam au pays des noirs-blancs, Couac...) où une certaine démesure côtoie une mise en scène brillante et précise. Coluche se joint à eux dans les années 1980 au cours d'une tournée et de quelques prestations télévisées mémorables.
Les spectacles en France, en Europe et même au Québec se multiplient. La troupe jouera pendant trois mois dans un chapiteau de 1000 places installé à une centaine de kilomètres de Montréal.
Côté chansons, le GODS consacre tout un CD à Boris Vian, continue à la fois de rendre hommage aux générations précédentes et de composer de nouvelles chansons avec la verve qui a fait son succès.
Après de nombreux albums et triomphes sur scène, le Grand Orchestre du Splendid nous revient avec sa bonne humeur et sa générosité... Et il paraît que les réjouissances vont durer pendant au moins un an. Plus besoin d'attendre..."pour être heureux !" !
 
                                                       Frantz-Minh Raimbourg

«La Salsa du démon». (Auteurs: Xavier Thibault. Jacques Delaporte)
L'incontournable «tube» est née de l'idée toute simple de Xavier Thibault de voir la troupe déguisée en sorcière ou en Belzébuth, la grappe de raisin entre les jambes !
D'abord rejeté par le producteur de l'époque, un certain Paul Lederman, la chanson se vendra à plus de 13000 exemplaires par jour, pour atteindre le chiffre de 800.000 singles vendus et 400.000 exemplaires pour l'album !

Mennecy 2008.  Xavier Thibault, Michel Winogradoff, Lou Volt. Derrière: Alice Prévost (caché), Philippe Duchesne (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Mennecy 2008. Xavier Thibault, Michel Winogradoff, Lou Volt. Derrière: Alice Prévost (caché), Philippe Duchesne (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Mennecy 2008. Michel Winogradoff. (Photos: Frantz-Minh Raimbourg)
Mennecy 2008. Michel Winogradoff. (Photos: Frantz-Minh Raimbourg)

Mennecy 2008. Michel Winogradoff. (Photos: Frantz-Minh Raimbourg)

Mennecy 2008. Michel Winogradoff, Xavier Thibault. Cachés derrière: Frédo Westrich, Vincent Turquoiz (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Mennecy 2008. Michel Winogradoff, Xavier Thibault. Cachés derrière: Frédo Westrich, Vincent Turquoiz (Photo: Frantz-Minh Raimbourg)

Publié dans Chanson Francophone

Commenter cet article