Aurélie et Verioca.

Publié le par Raimbourg Frantz-Minh

Mars 2016. Péniche Anako. Paris. (Photos: Patrice Dalmagne)
Mars 2016. Péniche Anako. Paris. (Photos: Patrice Dalmagne)

Mars 2016. Péniche Anako. Paris. (Photos: Patrice Dalmagne)

Entretien avec le duo français de musique brésilienne à l’occasion de leur concert parisien au Studio de l'Ermitage le 25 mai et la sortie de leur deuxième album.
 
Verioca Lherm est née dans le Cantal. Elle apprend la guitare « classique ». Après le conservatoire, elle commence à chanter, composer et à écrire en autodidacte.
Elle écoute toutes sortes de musiques, mais le déclic se réalise dans les années 1980 avec les disques de la chanteuse et pianiste Tania Maria (Elle fera plus tard sa première partie à l’Olympia). Pour en savoir plus sur ces rythmes, ces harmonies, ces mélodies, elle décide d’apprendre les percussions et la petite guitare cavaquinho d’origine portugaise.
Aurélie Tyszblat est parisienne, de grand-père polonais et de mère juive pied-noire. Elle développe sa sensibilité musicale en compagnie d’un père pianiste de jazz et d’une mère fan de cinéma. Elle interpréte d’abord en phonétique les standards de la Bossa-Nova, grâce aux fameux « Reals Books ».
Sa rencontre avec le chef d’orchestre Eduardo Lopes au cours d’un stage de jazz vocal sera déterminante et lui permettra d’étudier de façon plus approfondie cet univers chantant et poétique.
Mars 2016. Péniche Anako. Paris. (Photos: Frantz-Minh Raimbourg)
Mars 2016. Péniche Anako. Paris. (Photos: Frantz-Minh Raimbourg)

Mars 2016. Péniche Anako. Paris. (Photos: Frantz-Minh Raimbourg)

Au milieu des années 2000. Verioca a déjà sorti deux albums (1999 et 2005). Elle participe à de nombreux projets dont la formation “Les Grandes Gueules“ et intervient ponctuellement dans des ateliers et master classes pour transmettre ses connaissances.
Aurélie travaille dans la production de cinéma et l’écriture de scénarios tournés vers le documentaire. Elle commence une carrière de chanteuse et écrit ses premiers textes, notamment sur des musiques de Vinicius de Moraes et surtout du guitariste/compositeur Guinga, encore trop peu connu ici.
Elles se rencontrent en 2002, réunies par leur passion commune pour la musique du géant sud-américain. Le duo va véritablement se former en 2009. Verioca imagine des harmonies à la guitare sur lesquelles elle pose des mélodies d’abord habillées d’onomatopées. Aurélie les ajuste de ses mots. Les arrangements, les structures, elles les font ensemble…
Aurélie et Verioca.
Si les chansons du premier disque (« Além des Nuages ». 2011) sont rapidement composées, les deux jeunes femmes prennent leur temps pour les enregistrer dans la capitale française et à Rio de Janeiro avec de nombreux invités dont Casuarina (NDLR : Voir notre article sur ce même blog), Marcelo Pretto, Philippe Baden Powell et Guinga….
Bien loin des images d’Epinal, le Brésil du duo est certes joyeux, chaleureux mais aussi tendre et raffiné. Les titres sont chantés en français et en Portugais (parfois dans les deux langues dans la même chanson) et parlent beaucoup d’amour.
Le Bouche à oreille fonctionne jusqu’au Brésil. Depuis quelques années et grâce à trois productrices (deux à Rio et une São Paulo), elles tournent régulièrement là-bas avec succès, parfois en compagnie d’artistes locaux. Le plus célèbre quotidien du pays n’hésite d’ailleurs pas à écrire à leur sujet : « Leur travail est original car ce ne sont pas deux étrangères de plus qui chantent les succès brésiliens »
Aurélie et Verioca.
Avec le second opus, le duo continue d’explorer le vaste champ des musiques de l’immense pays. Finalisé entre Paris, Rio, Belo Horizonte et Sào Paulo, « Pas à Pas » (2015) a été réalisé à nouveau en compagnie de musiciens français et brésiliens.
Les 12 titres (dont trois sur des mélodies de Joyce Moreno, Egberto Gismonti et Swami Jr.) swinguent sur des rythmes de samba, de choro ou de bossa-nova. Les voix sont belles, la guitare expressive et les textes oscillent entre humour (« Chocolat for (H)all ») et mélancolie (« No caminho do mar »).
Sur scène ou sur disque, en parfait équilibre entre deux pays, Aurélie et Verioca créent des passerelles et tissent des liens avec légèreté et justesse...
                                             Entretien réalisé par Frantz-Minh Raimbourg.
Mars 2016. Péniche Anako. Paris. (Photo: Patrice Dalmagne)

Mars 2016. Péniche Anako. Paris. (Photo: Patrice Dalmagne)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article