Ketiketañ.

Publié le par Raimbourg Frantz-Minh

Bretagne et Finlande, la rencontre de deux cultures avec trois musiciennes de Ketiketañ,
à travers deux monuments de la littérature orale européenne : le Kalevala et le Barzaz Breiz.
Par Caroline Barray
1/Le disque :
   Ketiketañ.
   Ketiketañ.
Un disque entre Finlande et Bretagne
Ketiketañ
Kalevala et Barzaz Breizh
Genre : musique chant et conte Finnois, Breton, Français
10 titres livret 8 pages
Ketiketañ est un trio, voix et bandonéon basé en Basse-Bretagne. Brigitte Kloareg aux contes et chant, sa fille Katell Kloareg au chant et Kristina Kuusisto, musicienne finlandaise au bandonéon. Ce disque est une création ex nihilo née du projet européen EOST, (European Oral Singing Traditions), entre le Kalevala issu du patrimoine oral chanté de Finlande et la tradition orale chantée de Bretagne en lien avec le Barzaz Breiz. Ce disque met en vis à vis des histoires chantées collectées et publiées par Elias Lönnrot (1815-1895) et de la Villemarqué (1802-1884). Leurs ouvrages ont été publiés respectivement en 1835 et 1839.
Une création originale inspirée de collectes du premier tiers du XIXe siècle dans deux pays que rien ne semblerait rejoindre pas même la langue. Mais ces trois femmes savent de quoi elles parlent, c’est le fruit de divers échanges entre la Finlande et la Bretagne à partir de 2010. Il est paru en 2015, bicentenaire de la naissance de La Villemarqué.
Kalevala et Barzhaz Breiz, éditions XIXe siècle.

Kalevala et Barzhaz Breiz, éditions XIXe siècle.

   Ketiketañ.
   Ketiketañ.
   Ketiketañ.
   Ketiketañ.
Kalevala –Représentation- Triptyque Le Aino- Gallen Kallela -1891

Kalevala –Représentation- Triptyque Le Aino- Gallen Kallela -1891

2/L’Entretien :
1-Brigitte Kloareg.
CB - Raconte-nous cette riche aventure de Ketiketañ.
Ketiketañ signifie A qui mieux mieux, c’est une expression bretonne que l’on retrouve dans une chanson bien connue An hini a garan. Le trio s’est formé à partir d’échanges culturels autour des traditions chantées de Bretagne et de Finlande. J’ai été recrutée tout d’abord comme traductrice ainsi que Kristina Kuusisto. Ce projet Leader EOST a été entrepris à l’initiative des Finlandais. Deux régions Leader ont repris le flambeau en Bretagne avec l’association Dastum Bro Gerne, le Centre du Patrimoine oral en Cornouaille et l’Ecole de Musique de Rostrenen en Centre-Bretagne. Ces échanges, voyages, conférences, veillées, spectacles ont duré quatre ans.
Les Finlandais sont venus chez nous, Yann Fañch Kemener était également un des membres du projet ainsi que l’ethno-musicologue finlandais Pekka Huttu-Hiltunen. Un documentaire de 52 minutes Pa Guzh an heol (Quand le soleil se couche) qui retrace cette aventure a été réalisé par Ronan Hirrien.
En Bretagne, je travaille également avec une écossaise Fiona Mac Leod et c’est elle qui m’a influencé pour créer des contes. J’ai alors adapté un premier conte à partir du Kalevala, une naissance du monde. Puis, les premières expériences se sont bien passées. Du chant au conte, il y a des passerelles.
Puis, les expériences se faisant avec Kristina et Katell ma fille, nous nous sommes prises au jeu et en 2015, lors du bicentenaire de la naissance de La Villemarqué on a décidé de produire un album, en autoproduction. Le projet EOST était alors terminé mais ce CD est le résultat de notre petite aventure humaine ! En 2015, on fait une dizaine de concerts. Kristina a composé des pièces inspirées du Kalevala et du Barzaz Breiz, Katell a appris des chants en breton et en finnois et moi j’ai continué avec le conte, en français, breton et anglais.
Ketiketañ en Finlande. (Photo:Ketiketañ)

Ketiketañ en Finlande. (Photo:Ketiketañ)

Illustration Kalevala -Sampo-Gallen Kallela -1896.

Illustration Kalevala -Sampo-Gallen Kallela -1896.

Le disque commence par un conte La même Flamme pour présenter les deux collecteurs. Leur histoire m’a enthousiasmé, surtout celle de Lönnrot quand je suis allée sur place et que je me suis rendue compte des distances. Ensuite, ce sont ces contes, adaptés à partir des chants n° 1 et 2 du Kalevala, des complaintes bretonnes dans des versions collectées au XX° siècle et qu’on retrouve dans le Barzaz Breiz et des compositions de Kristina.
 
CB - Lönnrot et La Villemarqué sont contemporains, l’un en Finlande et l’autre en Bretagne et vivent la même flamme !
Elias Lönnrot (1802-1884) réalise une thèse sur la mythologie finlandaise et une collecte impressionnante entre 1828 et 1835, date de la première édition du Kalevala. Il obtient sa thèse en médecine mais étudie également l’histoire et la littérature, les langues anciennes. Il parcourt dans des conditions difficiles la Laponie et la Carélie par son métier de médecin mais collecte en même temps des longs poèmes chantés.
Elias Lönrot.

Elias Lönrot.

Theodore Hersart de La Villemarqué.

Theodore Hersart de La Villemarqué.

Théodore Hersart de La Villemarqué (1815-1895) est formé à L’Ecole des Chartes. Il a 24 ans quand il  publie le Barzaz Breiz, son célèbre recueil de poèmes chantés, des gwerzioù, recueillis autour de Nizon et Pont-Aven dans un premier temps. Sa mère a sans doute encouragé son intérêt pour ce matériau.
La Villemarqué collectant.

La Villemarqué collectant.

2017 marquera le centenaire de la Finlande, j’ai quelques projets en tête dont l’idée de travailler sur une publication pédagogique présentant le Kalevala.
Photo:  Maureen Douglas-Green.

Photo: Maureen Douglas-Green.

2-Katell Kloareg.
CB - Quelle est ton implication de chanteuse dans cette belle aventure ?
On avait déjà travaillé deux disques en famille, l’un avec un répertoire de chansons d’hiver, l’autre d’été avec des chansons en français, breton, anglais et gallois. En tant qu’animatrice auprès de l’association ADDES (association d’aide au développement économique et social), j’anime des balades chantées pour les enfants en français, anglais et breton. Dans le cadre du projet finlandais, je me suis retrouvée dans le deuxième groupe de travail avec la Finlande sans lien direct avec ma mère finalement.
Dans le disque, je chante des extraits de la gwerz Jenovefa Rustefan. Une chanson qui raconte les amours de Jenovefa, fille du seigneur de Rustéphan, et Yannig Ar Flecher destiné à devenir prêtre. J’avais entendu cette gwerz chanté par Anne-Marie Evenou sur le site en ruine du château de Rustéphan, ce qui m’avait enchantée. J’interprète également La Fiancée de Satan d’après un enregistrement de Yann-Fañch Kemener qui l’avait collecté auprès de Marianne Le Gloanec (Aux Sources du Barzaz Breiz-ed-Armen/Le Chasse-Marée)
Avec ma mère on chante Ar Rannou (Les Séries), que nous avons appris auprès d’Anne Auffret, elle-même inspirée par celle des sœurs Goadec de Carhaix. Elle est cependant éloignée de la version de La Villemarqué qui l’avait entendue auprès de Pierre Bras de Trémalo. C’est un chant énumératif, sur le thème de l’apprentissage, une conversation entre quelqu’un qui sait et un apprenant. Les chiffres de 1 à 12 sont associés à une représentation.
Photo: Fred Boudineau.

Photo: Fred Boudineau.

3-Kristina Kuusisto
CB - Ce rapprochement entre La Finlande et la Bretagne, vous le vivez comme musicienne finlandaise en Bretagne ?
Le projet Leader EOST a été réalisé dans le but du renouveau et de la revalorisation du patrimoine oral auprès des jeunes et pour expérimenter de nouvelles méthodes pédagogiques. Le Kalevala est un des piliers de la culture identitaire du peuple finlandais, c’est un monument historique en Finlande. Il y a de nombreuses statues commémorant Elias Lönnrot et le Kalevala, c’est un symbole national.
Ici en Bretagne, il n’y en a pratiquement pas de La Villemarqué. J’ai trouvé une similitude d’état d’âme entre les Bretons et les Finlandais. Je n’ai pas eu de problème d’inspiration pour réaliser des compositions pour ce disque. Je trouve que l’on est semblable dans la nature du peuple, là-bas, il y a le froid, la neige, ici en Bretagne où je vis depuis six ans, il y a la mer, le vent. Il faut une certaine force de caractère et une ténacité pour combattre ces éléments de nature. Je retrouve cela chez moi là-bas et le chez moi d’ici.
Avec le bandonéon, qui est un instrument d’origine allemande et que l’on joue surtout en Argentine, il y a une multiplicité de langages musicaux possibles. Je travaille différents projets qui vont du classique, au contemporain en passant par les influences des musiques traditionnelles et mes propres créations comme pour ce disque qui sont mes toutes premières compositions.
                                                 Entretien réalisé par Caroline Barray. 
Mémorial Elias Lonnröt et Kalevala à Helsinki. (Photo: Source Internet. Libre de Droit)

Mémorial Elias Lonnröt et Kalevala à Helsinki. (Photo: Source Internet. Libre de Droit)

Contact :
Brigitte Kloareg : kloareg@wanadoo.fr
Katel Kloareg : katelkloareg@hotmail.com
 
Bibliographie sommaire:
-Daniel Bernard, Essai de bibliographie de Théodore-Claude-Henri de La Villemarqué dans Annales de Bretagne, T. 35, 1923, Champion lire en ligne
-La Villemarqué, sa vie et ses œuvres, par son fils Pierre, 1926
-Augustin Thierry Jeune, Un faux barde d'Armor, Les grandes mystifications littéraires, 2e série. Paris, Pion, 1913, in-18
-Abbé Batany, Luzel, poète et folkloriste Breton, 1941
-Dr Halléguen, M. de la Villemarqué et le Barzaz-Breiz, Revue politique et littéraire, 19 juillet 1873
-Le Kalevala, établissement du texte par Elias Lönnrot, traduction métrique et préface par Jean-Louis Perret (1926), Éditions Honoré Champion, 2009.
-Elias Lönnrot, Le Kalevala : Épopée des Finnois, traduit du finnois, présenté et annoté par Gabriel Rebourcet, Gallimard, Paris, 1991. 2 vol. (L'aube des peuples ) ; rééd., Gallimard, coll. Quarto, 2010, 1092 p.
-M. J. Fernandez-Vest dir., Kalevala et traditions orales du monde (coll. « Colloques in ternationaux du CNRS »), Paris, Presses du CNRS, 1988, 590 p., 46 pl.
-Les trésors de Picsou 2008, La Quête du Kalevala.
-Juliette Monnin-Hornung, Le Kalevala : ses mythes, ses divinités, ses héros, sa magie, Genève, Éditions N. Junod, 2013, 136 p.

Publié dans Ethno-Trad

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article